Aide-toi et le tech t’aidera - 2e partie

Dans tes rêves les plus fous, tu te vois en tournée avec ton groupe accompagné d’une grosse équipe technique. Tu te déplaces en jet privé tandis que ton matériel voyage dans une vingtaine de camions. Tu te promènes de ville en ville, tu vas du Centre Bell de Montréal au Wembley Stadium de Londres en passant par toutes les plus grandes salles de spectacle. Tu peux compter sur les meilleurs ingénieurs de son au monde. Ils connaissent ton show sur le bout des doigts, te suivent depuis dix ans, et t’assurent des conditions optimalessoir après soir.


Mais comme je le disais, c’est dans tes rêves les plus fous.


En attendant, tu entasses tes instruments et ton groupe dans un vieux camion et tu vas jouer dans plein de lieux différents: des bars, des centres culturels, des festivals, des salles de spectacle. Chaque fois, une équipe locale hyper dévouée t’accueille chaleureusement. Ces gens s’impliquent par amour de la musique et pour soutenir l’activité artistique de leur communauté. Tu dois constamment t’adapter à la situation.


Souviens-toi de ce que je disais dans un blogue précédent: le tech de son est ton meilleur allié.


Donc, aide-toi et le tech t’aidera.



Voici quelques conseils techniques pour t’assurer de toujours obtenir un son optimal.


1— Envoyer un bon devis technique


Envoyer un bon devis technique permettra aux techs sur place de bien préparer l’équipement et la scène. C’est fou le temps qu’on sauve quand on arrive et que les moniteurs, les micros, les D.I. et les fils XLR sont déjà installés et branchés. Dans certains cas, l’équipe technique a même eu le temps de créer une petite conception d’éclairage sur mesure pour ton spectacle. Plus ton devis est précis, plus tu mets de chances de ton côté.


2— Mettre l’EQ (et l’égo) à zéro


Ça fait des années que tu peaufines ton son et tu sais exactement comment ajuster l’EQ de ton ampli. Tu pourrais placer chaque bouton les yeux fermés. Mais n’oublie pas que tu as développé ton son chez toi et dans ton local de répétition, pas dans la salle où tu te trouves en ce moment. C’est un espace vaste ou retreint ? Avec un plafond bas ou élevé ? Et un plancher fait en bois, en céramique, en tapis ou en béton ? Y a-t-il un rideau de scène ? Tous ces éléments auront un impact sur la façon dont les ondes voyagent dans l’espace, donc sur comment tu vas sonner. Alors, mets ton égo et ton EQ à zéro, puis et travaille avec le tech pour aller retrouver le son que tu aimes. Tu peux garder les yeux fermés si tu veux, mais surtout, aie les oreilles grandes ouvertes. Tu entendras mieux ton son et les conseils du tech sur place.


3 — Tout passe par la console


Contrôle ton volume en fonction du lieu où tu es. Très souvent, les techs demandent aux musiciens de réduire le volume des amplis, ce qui en frustre plusieurs. Ils ne vous imposent pas cela pour vous embêter, mais pour obtenir la marge de manœuvre nécessaire pour créer un bon mix. Avec un volume trop élevé sur scène, on ne peut plus travailler à partir de la console, ce qui garantit un mauvais son dans la salle.


Avis aux interprètes qui aiment utiliser des effets sur leur voix: envoyez le signal du vocal dans la console avant de passer dans les pédales d’effets, autotune, et autres filtres. Ces effets, souvent bienvenus sur la voix, ne font malheureusement pas bon ménage avec les retours sur la scène. En confiant le contrôle au tech, tu tedonnes de meilleures chances d’éviter des ennuis. Les pédales d’effets vocales sont notoires dans leur propension à créer des feedbacks.


4 — Baisse le volume, pas l’intensité


Trop de musiciens pensent que baisser le volume réduira l’intensité du jeu. Voici comment contourner le problème:


Batterie: Quelques morceaux de «duct tape» bien placés sur la caisse claire, les toms et les cymbales étoufferont légèrement le son. Tu peux aussi mettre des coussins ou des vêtements dans la grosse caisse pour en atténuer la réverbération. Tu joueras avec la même intensité, mais tu créeras moins de fréquences parasites. Ensuite, comme le tech aura placé des micros sur ta batterie, le son dans la salle sera bien balancé à partir de la console.


Guitare: As-tu vraiment besoin d’un ampli de 100 watts quand tu te produis dans des petites salles ? Crois-tu qu’il faut que le volume soit au moins à 9 pour avoir du «crunch» dans ton son ?


En choisissant un ampli beaucoup moins puissant, tu pourras mettre le volume à 9 et obtenir le «crunch» désiré, sans entrer dans une surenchère de décibels.


Tu peux aussi utiliser des pédales de distorsion ou d’overdrive pour aller chercher ce «crunch» tant désiré. Je sais, ce n’est pas comme obtenir le vrai son d’un ampli à lampes qui surchauffe. Mais comme dans bien d’autres secteurs de la vie, tout est une affaire de compromis.


J’ai déjà vu un tech d’un petit bar demander à un guitariste de retourner son ampli vers un rideau de fond scène pour absorber une partie du son. Un micro placé devant l’ampli et envoyait le signal à la console. Le guitariste jouait à pleine intensité, c’était du gros rock bien sale et puissant, distorsionné à souhait. Mais dans la salle on entendait un mix parfait. On recevait seulement ce qui sortait vraiment du PA.


Basse: Les basses fréquences donnent souvent le ton pour établir le volume général d’un groupe. J’en sais quelque chose, je suis bassiste. J’aime les basses fréquences, mais avec le temps, j’ai appris à ne pas en abuser. Sur scène, je laisse maintenant un peu plus de place aux fréquences moyennes. Les autres instrumentistes n’ont plus besoin de trop monter leur volume pour obtenir une bonne balance sur scène.


Ultimement, il faut permettre aux interprètes de bien s’entendre. Si le groupe joue trop fort sur scène, le chanteur ou la chanteuse demanderont d’augmenter leur retour dans les moniteurs. On s’engage ici dans une spirale ascendante qui mène invariablement au feedback, que tu veux évidemment éviter à tout prix.


5 — Parler avec le tech et lui faire confiance


Sois prêt à t’adapter à tous les types de salles et d’équipement technique. Une bonne communication avec les responsables des lieux où tu joueras aidera à coup sûr. Un tech qui connaît bien son équipement et son lieu de travail demeure ta meilleure ressource pour bien sonner.




Finalement, garde en tête que, dans leurs rêves les plus fous, bien des techs se voient aussi en tournée mondiale avec des groupes de calibre international. Mais en attendant, ils se démènent pour bien te faire sonner dans des bars et des petits festivals. Travaillez dès maintenant en équipe, et qui sait ? Peut-être un jour ferez-vous le tour des stades du monde ensemble.


Ces conseils s’appliquent pour tous types de spectacles et tous styles de musique. Je veux surtout dans ce billet provoquer une réflexion sur l’importance de bien collaborer avec l’équipe technique pour obtenir les meilleures conditions de jeu.

Faites-moi part de vos commentaires et abonnez-vous à ma page FB.

Pour une consultation, pour du coaching personnalisé, pour optimiser vos performances scéniques, contactez-moi.

Bon show !

Olivier





Photo by Drew Patrick Miller on Unsplash

156 vues0 commentaire

Posts récents

Voir tout